Toute la vie est un yoga. Par ce yoga intégral, nous ne cherchons pas seulement l'Infini: nous appelons l'Infini à se révéler lui-même dans la vie humaine. Sri Aurobindo L'esprit et l'intention la peinture indienne

SRI AUROBINDO
. . YOGA INTÉGRAL


Les négations de Dieu sont aussi utiles pour nous que Ses affirmations. Sri Aurobindo
.............................................................................................................................................................................................................Affichage dynamique

C'est le Supramental qu'il nous faut faire descendre, manifester, réaliser.

L'esprit et l'intention la peinture indienne

L'esprit et l'intention première de la peinture en Inde sont, dans leur conception centrale et leur puissance visionnaire formatrice, essentiellement identiques à ceux qui inspirèrent le regard de ses sculpteurs. Elle est constamment la projection d'une certaine vision profonde du moi obtenue par immersion en soi-même pour y trouver la signification secrète de la forme et de l'apparence, découvrir le sujet dans le moi le plus profond, attribuer une forme d'âme à cette vision et remodeler le support et la forme naturels pour exprimer leur vérité psychique en donnant au trait un maximum de vigueur et de pureté, et en dotant chaque élément de ce tout artistique indivisible d'une unité de sens et de rythme la plus concentrée possible. Examinons n'importe quel chef-d'œuvre de la peinture indienne, et tel est bien, constaterons-nous, l'objectif de cette démarche que suggère, qu'atteste même la beauté triomphante de ses réalisations. La seule différence entre la peinture et les autres disciplines artistiques provient d'une tendance naturelle, inévitable, vu sa propre forme de sensibilité, à s'attarder avec émotion et complaisance sur ce que l'on pourrait nommer les mouvances de l'âme plutôt que sur ses éternités statiques, à projeter le moi dans la grâce et le mouvement de la vie psychique et vitale (compte tenu de la réserve et de la retenue nécessaires à tout art) plutôt qu'à maintenir la vie dans les stabilités du moi, dans ses qualités et principes éternels, gouna et tattva. C'est cela qui distingue essentiellement l'œuvre sculptée du tableau, différence imposée par leurs domaines respectifs, leurs qualités intrinsèques, les possibilités de leur instrument et de leur langage. Pour s'exprimer, le sculpteur doit toujours choisir des formes statiques ; l'idée de l'esprit se taille pour lui dans la masse et la ligne, se révèle par la permanence de cette stabilité; il peut en alléger le poids certes mais non s'en départir ou s'en écarter ; l'éternité pour lui saisit le temps, le modèle puis le fige dans le génie monumental de la pierre ou du bronze. Le peintre, au contraire, trempant son âme dans la couleur, verse son humeur dans la forme; la forme qu'il utilise possède une liquidité, sa ligne une subtilité de grâce fluide qui lui imposent un langage plus souple et plus sensible. Plus il nous communique cette couleur, ce chatoiement ému de la vie de l'âme, et plus son oeuvre resplendit de beauté, plus elle maîtrise le sens esthétique intérieur et l'ouvre à ce que son art, mieux que tout autre, peut nous offrir : le délice du moi s'extériorisant dans un ravissement sensuel qui jouit spirituellement de la beauté des formes et des radiances colorées de l'existence. La peinture est par définition le plus sensuel de tous les arts. Diviniser cet attrait des sens en se servant de la beauté extérieure la plus intense pour révéler une émotion spirituelle subtile, afin que l'âme et les sens tous deux s'harmonisent en leur richesse la plus profonde et la plus belle, qu'ils s'unissent et formulent ensemble, dans le bonheur d'une parole réconciliée, le sens intime des choses de la vie, telle est la tâche grandiose, la vocation suprême du peintre. La démarche (lu peintre privilégie moins l'austérité de la tapasyâ; chez lui l'expression des choses éternelles et des vérités fondamentales derrière les formes se relâche quelque peu, mais cette détente est compensée par une émouvante richesse de suggestion psychique ou de générosité vitale, un délice qui s'enchante de la beauté du jeu de l'éternel dans les moments de la durée; l'artiste le suspend pour nous, et ces instants de la vie de l'âme se reflétant pour devenir tour à tour homme, créature, incident, scène de la vie, spectacle de la nature, il les dote d'une riche et permanente signification pour notre vision spirituelle. Au regard de l'Esprit qui, dans la manifestation, tantôt dissimule tantôt dévoile les pures intensités du sens de la beauté universelle, l'art du peintre justifie en la faisant sienne cette quête sensuelle du délice; le désir de perfection de la forme et de la couleur dans lequel l'œil se complaît devient alors illumination Je l'être intérieur grâce au pouvoir d'un certain Ânanda de beauté spirituelle.

Sri Aurobindo,  Les fondements de la culture indienne, — L'art indien —

Aucun commentaire:

VISITES


Membres

Pour recevoir les publications vous pouvez devenir membre (ci-dessus) ou vous abonner en cliquant sur le lien:
S'abonner à SRI AUROBINDO - YOGA INTÉGRAL